Signature d’un accord de siège entre l’Agence Spatiale européenne et le Gabon

L’Agence spatiale européenne (ESA) et la République Gabonaise ont réactualisé et renforcé leur accord de coopération dans le domaine des services de suivi et de télémesure pour les lancements de la fusée Ariane (1986) :

La Partie Gabonaise a adapté cet accord au nouveau contexte des télécommunications au Gabon en matière d’utilisation pacifique de l’espace dans les domaines des télécommunications et de la télédétection appliquée à la surveillance de l’environnement par satellite, et le traitement des données correspondantes. Ainsi, celui-ci prend-il en compte la création de l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS), qui participe de l’exécution de cet accord avec le CNES au travers d’un Protocole d’application.

Côté européen, l’actualisation de cet Accord, était nécessaire car le réseau de stations aval de télémesure de l’Agence spatiale européenne (ESA) est devenu encore plus important depuis que trois types de lanceurs différents sont exploités depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe. C’est pourquoi, l’ESA et la République Gabonaise ont étendu la portée de l’ Accord afin que la station de Télémesures Ariane ne soit plus seulement utilisée pour les missions Ariane 5, mais également pour les missions Soyouz et Vega qui décollent depuis Kourou en Guyane Française, dont le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) français assure la gestion technique, opérationnelle et administrative.

Le nouveau texte étend également la coopération entre l’ESA et le Gabon dans les domaines des applications spatiales, de l’échange d’expertise et de la formation

JPEG

La réception de la télémesure et le traitement des données de suivi sont essentielles durant la mission d’un lanceur. Les données récupérées par les équipes au sol permettent de surveiller les conditions à bord, la performance du véhicule, sa trajectoire, l’injection des satellites sur leur orbite, et donnent des informations cruciales aux ingénieurs, aux clients et aux spécialistes de vol. Les installations du Centre Spatial Guyanais comprennent donc à cette fin plusieurs stations aval de télémesure.

Ce réseau a été à l’origine installé le long de la ligne équatoriale pour répondre au mieux à la trajectoire principale d’Ariane, vers l’orbite de transfert géostationnaire. A cet emplacement idéal près de l’équateur, le lanceur reste visible pendant les phases critiques de la mission alors qu’il s’élève vers l’est depuis Kourou. Ce réseau géré par le Centre national d’études spatiales (CNES) français comprend les stations de Galliot (Guyane Française), de Natal (Brésil), d’Ascension dans l’océan Atlantique sud (Royaume-Uni), de Libreville (Gabon) et de Malindi (Kenya).

L’Accord a été signé par le Ministre délégué aux Affaires Etrangères, Dieudonné Nzengué et le Directeur des lanceurs, M. Gaele Winters, représentant le Directeur Général de l’ESA, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée le vendredi 09 mai au Ministère des Affaires Etrangères.

Cette phase a été suivie de la signature du Protocole d’application par le Directeur Général de l’AGEOS M. Etienne MASSARD K. MAKAGA et le Directeur du Centre Spatial Guyanais Bernard CHEMOUL.

Dernière modification : 14/05/2014

Haut de page