Economie

L’économie santoméenne

Après une longue période de déséquilibres économiques et financiers chroniques, des progrès notables ont été réalisés à partir de 1998. Soutenue par une forte poussée de l’investissement privé étranger et par des dépenses publiques accrues, le PIB de Sao Tomé-et-Principe enregistre une croissance de +4% en 2013 selon le FMI. Les estimations de 2014 tablent sur +5% (FMI).

L’archipel bénéficie également d’un fort potentiel agricole (cacao, palmiers à huile) qui, avec le secteur de la pêche, fournit la majorité des emplois.

Les autres secteurs porteurs de l’économie sont, d’une part, le secteur du bâtiment et des travaux publics qui bénéficie des programmes d’investissements publics en infrastructures routières ou urbaines (principalement sur financements extérieurs) et, d’autre part, le tourisme qui se développe grâce à des investissements portugais (groupe Pestana).

Le taux d’inflation, qui était de plus de 80% en 1997, s’est ralenti depuis 2001 ; les efforts réalisés ont permis une décélération de l’inflation à 12% en 2010, jusqu’à 6,6% en 2014 (estimations FMI).

Financé à plus de 90 % par l’aide internationale, cet archipel attend son salut du pétrole dont recèlerait son espace maritime. On ne peut toutefois guère s’attendre à un démarrage de la production avant quelques années.

Le commerce extérieur

Les exportations santoméennes ont atteint en 2012 6,4 M USD (+10%). Ces dernières sont notamment composées de cacao (90%), de café et de coco à titre résiduel.

Le Portugal, les Pays Bas et la Belgique s’affichent comme les trois principaux clients de l’archipel.

Les importations, de leur côté, se sont élevées en 2012 à 149,5 MUSD en augmentation de près de 14% par rapport à l’année précédente, soutenues par la forte hausse des importations de produits alimentaires (+53%), marquant un peu plus la dépendance alimentaire de l’archipel.

Les principaux postes d’importation demeurent les produits alimentaires, les produits pétroliers et les biens d’équipement. Le Portugal, l’Angola et les Etats-Unis (en forte progression par rapport à 2011, + 3 600 %) sont les trois principaux fournisseurs de l’archipel.

Le solde de la balance commercial reste ainsi largement déficitaire (143 MUSD).

Les exportations françaises, enregistrent en 2013 de nouveau un résultat en baisse, de -68,1% par rapport à l’année précédente et s’établissent à 0,54 M€. Le résultat de l’année 2011 ayant été exceptionnel en raison de fournitures de produits informatiques et de matériels électroniques et électriques, les résultats 2012 et 2013 tendent à revenir à leur niveau initial.

En 2013, les importations de produits santoméens en France, pour leur part, passent de 0,6 M€ à 0,7M€, en augmentation de +23% grâce à une relance de nos achats de cacao et au léger redémarrage de la filière. L’importation de produits agricoles en provenance de l’archipel augmente ainsi de 43% et représente la quasi-totalité de nos achats (92%).

Pour en savoir plus rendez vous sur le site de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 12/07/2016

Haut de page