Développement durable des écosystèmes forestiers gabonais

Le comité d’orientation stratégique mis en place dans le cadre de l’accord de conversion de dettes de 2008 s’est réuni pour la cinquième reprise le 5 juillet dernier, sous la co-présidence du Ministre des eaux et forêts M. Gabriel Tchango et de l’Ambassadeur de France. Ce comité a notamment décidé de financer le projet Arc d’émeraude concernant les parcs naturels d’Akanda et Pongara, pour un montant de 11 millions d’euros.

PNG - 121.3 ko
JPEG - 212.8 ko
Le Ministre des eaux et forêts, M. Gabriel TCHANGO et l’Ambassadeur de France

Prendre connaissance à travers le communiqué de presse ci-joint de l’ensemble des décisions du COS V.

PDF - 756.7 ko

Coup de projecteur sur ARC D’EMERAUDE

La ceinture verte de Libreville est constituée des deux parcs nationaux d’Akanda et Pongara, ainsi que l’arboretum Raponda Walker. Ce poumon vert périphérique mérite d’être mis en valeur et protégé.

PNG - 418.2 ko

Ce projet sera mis en œuvre dans le cadre d’une convention de financement de l’Agence Française de Développement (AFD). Sa maîtrise d’ouvrage sera assurée par l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN).

Arc d’Emeraude a quatre ambitions :

1/ Acquérir un meilleur niveau de connaissance sur ces aires (dont une grande partie est immergée ou semi immergée avec de grands zones de mangroves) et leurs apports écosytémiques.

2/ Renforcer les capacités de l’ANPN à mieux faire respecter les règles liée à la gestion des parcs nationaux en liens avec les communautés locales.

3/ Réaliser, dans la forêt classée de la Mondah, un ensemble d’animation dédiées à l’éducation environnementale (le « Bois des géants ») dont un parcours dans les arbres permettant aux Librevillois et notamment aux enfants d’apprendre ou de réapprendre les liens qui nous unissent avec notre environnement.

4/ Doter l’ANPN d’éléments concrets (données géographiques, scénarisation d’options urbaines) sur la question de l’intégration territoriale des parcs de leurs zones tampon mais aussi de la cohabitation de ces deux zones écosystémiques sensibles avec le développement des activités péri urbaines (logements, agriculture, …) autour de Libreville.

JPEG - 225.4 ko

Dernière modification : 10/07/2012

Haut de page