Cérémonie de clôture de l’année académique 2014-2015 de l’Ecole d’Application du Service de Santé Militaire de Libreville (24 juin)

JPEG

La cérémonie de clôture de l’année académique 2014-2015 s’est déroulée le 24 juin, dans l’enceinte de l’Ecole d’Application du Service de Santé Militaire de Libreville. Cette journée a permis de récompenser les élèves nouvellement diplômés de la sixième promotion d’élèves officiers médecins et de la première promotion d’élèves officiers du corps technique et administratif, en présence de leur parrain, le Général de corps d’armée Bibaye Itandas, chef d’état-major des armées gabonaises et de Dominique Renaux, Ambassadeur, Haut représentant de la République française au Gabon, qui dans son discours (en intégralité ci-dessous), a rappelé l’engagement et le soutien de la France au réseau des écoles nationales à vocation régionale, auquel appartient EASSML.

JPEG

Discours prononcé par M. Dominique RENAUX
Ambassadeur, Haut représentant de la République française au Gabon
A l’occasion de la Cérémonie de clôture académique
De l’Ecole d’application du service de santé militaire de Libreville
24 juin 2015

*****

Monsieur le ministre de la Défense nationale,
Mesdames et Messieurs les Chefs de mission diplomatique,
Monsieur le commissaire général de division, secrétaire général du ministère de la défense nationale,
Messieurs les chefs d’état-major et commandants en chef,
Monsieur le médecin général inspecteur, directeur général du service de santé militaire,
Monsieur le directeur de l’école d’application du service de santé militaire de Libreville,
Mesdames et Messieurs les officiers généraux,
Mesdames et Messieurs les officiers, sous-officiers et militaires du rang,
Mesdames et messieurs.

Je suis particulièrement honoré de participer pour la première fois à cette cérémonie de clôture académique à l’Ecole d’application du service de santé militaire de Libreville.
C’est en priorité à vous, Mesdames et Messieurs les officiers de la promotion « Général BIBAYE ITANDAS », que je souhaiterais m’adresser en cette occasion.
Cette journée est avant tout la vôtre et c’est pour moi un véritable plaisir de me retrouver avec vous, stagiaires de la 6ème promotion, autour de cette place d’armes.
En octobre dernier, vous franchissiez, pour la première fois le portail d’entrée de cette prestigieuse école nationale à vocation régionale qu’est l’Ecole d’application du service de santé militaire de Libreville.
Prestigieuse, du fait de la qualité de l’enseignement que vous y avez reçu.
Prestigieuse aussi, de fait de l’infrastructure qui vous a permis, dans de très bonnes conditions matérielles, de parfaire vos connaissances médicales et d’obtenir d’excellents résultats à vos examens de fin d’année universitaire.
Ce cadre exceptionnel est dû à la volonté des plus hautes autorités politiques de ce pays de doter le Gabon d’un outil d’enseignement unique sur le continent africain et de faire de la médecine militaire une discipline prioritaire.
Chers officiers, au cours de cette année universitaire, vous avez perfectionné les connaissances acquises en tant que médecin généraliste dans des domaines aussi divers que la médecine d’urgence, la médecine de catastrophe, la médecine tropicale, la médecine d’armée, la psychiatrie….. Cette année a vu aussi la mise en place pour la première fois d’un enseignement en médecine légale. C’est une étape importante. Les connaissances en médecine légale sont devenues essentielles pour l’ensemble des forces de sécurité et de défense, dans leur quotidien comme dans des missions en opération extérieure, dont des missions de maintien de la paix. Vous êtes aussi la première promotion à bénéficier d’un enseignement en échographie d’urgence, fruit de la coopération entre l’encadrement de l’école d’application et le service d’imagerie médicale de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Omar Bongo.

La formation qui vous a été délivrée doit vous permettre de relever les défis auxquels vous devrez faire face à votre retour dans vos pays respectifs et vos armées d’origine.
Nombre d’entre vous seront rapidement confrontés à la réalité d’un engagement opérationnel important, sous l’égide de l’Union africaine ou de l’ONU. Vous me permettrez, à ce sujet, d’avoir une pensée toute particulière pour celles et ceux de vos prédécesseurs qui forment les contingents africains de la MINUSMA au Mali. Leur rôle est primordial au sein des unités déployées sur le terrain.
Il pourra vous arriver aussi d’être mobilisés sur des évènements imprévus, - catastrophes naturelles, catastrophes humanitaires - nécessitant l’emploi et la mise en œuvre de moyens importants et, là aussi, de soulager les maux de vos semblables.

Ces missions vont de pair avec une véritable déontologie qui doit, en tout temps, fonder votre action. Vous avez fait le choix d’être à la fois militaire et médecin, combinant deux métiers aux valeurs communes : l’exigence morale, l’esprit de service et l’abnégation. Des valeurs qui inspiraient déjà votre ancien, le Dr Ambroise Paré, Médecin militaire français du 16ème siècle, père de la chirurgie sur le champ bataille et de la déontologie médicale. L’histoire raconte que le roi de France, Charles IX, appelant Ambroise Paré à son chevet, s’était adressé à lui en ces termes : « J’espère que tu vas mieux soigner les rois que les pauvres ». Ambroise Paré lui aurait alors répondu « Mais sire c’est impossible, je soigne déjà les pauvres comme des rois ! »
Je ne doute pas que vous saurez vous aussi faire vivre ces valeurs morales qui animent les services de santé des armées modernes et des pays démocratiques.
J’y ajouterai la fraternité, cette fraternité d’armes qui s’est forgée, j’en suis certain, au cours des neuf mois que vous avez passés ensemble. Le partage des joies, des difficultés et des peines, ainsi que la solidarité qui vous a poussé à l’entraide vous auront amenés à mieux vous connaître et mieux vous apprécier mutuellement. Je vous engage à continuer à cultiver ces relations de camaraderie et d’amitié.

Chers officiers diplômés, vous êtes désormais les ambassadeurs de cette école, centre d’excellence, fruit d’un partenariat franco-gabonais depuis 2008. Vous faites désormais partie d’une grande famille, celle des anciens des Ecoles nationales à vocation régionale. Le réseau des Ecoles nationales à vocation régionale compte 15 Ecoles sur le continent africain et forme chaque année 2500 stagiaires. Facteur d’intégration pour le continent, bénéficiant d’un soutien de la France depuis 18 ans, les ENVR concourent à l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) dans cinq grands domaines : formation au maintien de la paix, enseignement militaire supérieur de défense, formation militaire technique et tactique, la formation en sécurité intérieure et en protection civile et enfin formation militaire de santé, incluant notamment l’EASSML.

Je ne saurais terminer sans quelques mots de remerciements : Tout d’abord au médecin lieutenant-colonel MOUGENGUI MOUGENGUI, commandant l’école, pour la haute tenue de cette institution.
Ensuite, à l’ensemble du corps professoral, gabonais et français, tout particulièrement le directeur des études, le médecin colonel PAQUIN.
Il ne me reste qu’à vous souhaiter, à toutes et à tous, un très bon « retour au pays », et à vous inciter, dans l’exécution de vos missions comme dans les périodes de doute ou d’interrogation que vous pourriez traverser, à vous inspirer des principes fondamentaux que l’Ecole vous a enseignés.

Bon vent et bonne chance à tous

Dernière modification : 02/07/2015

Haut de page